Posted by on 30 octobre 2018

9 bienfaits de l’orange : pourquoi en manger au travail?


Avec le froid de l’automne, la saison de l’orange est de retour.  Vous les retrouverez dans votre panier de fruits livrés au bureau cette semaine!  Voici de bonnes raisons de manger ces agrumes pleins de vitamine C et une brève histoire de l’orange.

  1. L’orange est une excellente source de vitamine C. Manger des oranges va alors permettre de stimuler le système immunitaire et lutter contre la fatigue comme les coups de froid hivernaux.
  2. L’orange est riche en flavonoïdes, composants antioxydants qui permettent de lutter contre les radicaux libres, responsables du vieillissement de la peau et de nombreuses pathologies. .
  3. L’orange contient des glucides assimilés à des sucres qui apportent de l’énergie rapidement à l’organisme.
  4. Pauvre en lipides et en protéines, l’orange est un fruit avec un apport calorique faible qui convient très bien aux personnes qui souhaitent perdre du poids.
  5. Sa faible teneur en fibres, qui sont en plus des fibres solubles, en fait un allié très intéressant pour limiter le taux de cholestérol dans le sang.
  6. Grâce aux fibres solubles qu’elle contient, l’orange stimule la digestion en douceur et réduit les troubles de la digestion.
  7. Ces mêmes fibres permettent de réguler le taux de cholestérol et de triglycérides dans le sang. Ainsi manger des oranges participe à la prévention des maladies cardiovasculaires et limite les risques d’athérosclérose.
  8. L’orange permettrait de prévenir certains cancers. La consommation d’agrumes réduirait les risques de cancers de la bouche, du pharynx et du tube digestif grâce aux antioxydants qu’ils contiennent.
  9. Grâce aux caroténoïdes qui vont stimuler la production de cellules osseuses et stimuler l’absorption du calcium, l’orange est excellente pour vos os.

Histoire de l’orange

Le terme « orange », pour désigner le fruit, est apparu au XIIIe siècle. Il vient de l’arabe narandj, lui-même emprunté au sanscrit nagaranga, dont le sens est « fruit aimé des éléphants ». Le « o » a été accolé au nom arabe par influence du nom de la ville d’Orange, par où ces fruits transitaient.

L’oranger est originaire du sud-est de l’Asie, foyer du genre Citrus, mais on ne sait pas quand exactement il a été domestiqué. Selon un texte datant de 2 200 ans avant notre ère, il était déjà connu en Chine à cette époque. Comme bien d’autres plantes qui servaient également en médecine, il suivra la route de la soie vers l’Europe, traversant le Moyen-Orient et le Proche-Orient où il trouvera un climat adapté à ses besoins. De là, il gagnera le sud de l’Europe, probablement dans les premiers siècles de notre ère, bien qu’on ne trouve pas trace de sa culture sur ce continent avant le XVe siècle. Chose certaine, sa véritable expansion dans le sud de l’Europe est le fait des Portugais, qui le ramenèrent d’Asie. Grâce à un intense travail de sélection et à la mise au point de nouvelles méthodes de culture, l’orange du Portugal deviendra la norme de qualité et de référence dans toute l’Europe. Sa popularité était telle que, dans les pays arabes, on a cessé de l’appeler narandj pour l’appeler bortugal, nom qui lui est encore accolé.

Pour commander un essai gratuit de panier de fruits livrés à votre bureau

Au moment de la Conquête, l’orange traversera l’Atlantique avec la bigarade, la lime, le citron et le cédrat. On sèmera leurs graines dans les Antilles, au Mexique, en Amérique du Sud et dans l’actuelle Floride. Dès le milieu du XVIe siècle, en Amérique, on trouve des vergers florissants dans tous les endroits propices à la culture des agrumes.

Aujourd’hui, l’oranger est l’arbre fruitier le plus cultivé dans le monde. Jusque dans les années 1920, son fruit était surtout consommé à l’état frais. Puis, on commercialisera son jus, riche en vitamine C, et, en quelques décennies, la consommation de ce dernier dépassera de loin celle du fruit. Aux États-Unis, 40 % de la production des orangeraies va désormais à la préparation de concentré de jus congelé. Les sous-produits de cette transformation – huile essentielle, pectine, écorce confite, pulpe – ont trouvé de nombreux usages dans l’industrie agroalimentaire.

source: passeportsante.net

Posted in: Non classé